En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.10.2021 à 15 H 20 • Mis à jour le 18.10.2021 à 15 H 33
Par
Diplomatie

Mort de Colin Powell : on se souviendra de lui au Maroc dans l’affaire de l’Ilot Leïla

Secrétaire d’État entre 2011 et 2005 sous la présidence de Georges W. Bush, Colin Powell est décédé à l’âge de 84 ans ce lundi, à la suite de «  complications liées au Covid-19  », comme l’a annoncé sa famille par le biais d’un communiqué publié sur les réseaux sociaux.


« Nous avons perdu un mari, un père et grand-père remarquable et aimant, et un grand Américain », peut-on lire dans cette même annonce, précisant qu’il était « entièrement vacciné ». L’ex secrétaire d’État est décédé à l’hôpital Walter Reed, situé en banlieue de Washington, où les présidents américains ont pour habitude de recevoir des soins.


Colin Powell avait été le premier Afro-Américain à avoir occupé le poste de chef d’état-major des armées des États-Unis entre 1989 et 1993, avant de devenir chef de la diplomatie américaine sous la présidence républicaine de George W. Bush.


Le monde se souviendra de ce 5 février 2003, date à laquelle Colin Powell avait fait une longue allocution devant le Conseil de sécurité de l’ONU concernant les armes de destruction massives prétendument détenues par l’Irak. Ces arguments avaient servi à justifier l’invasion du pays par les États-Unis quelques semaines plus tard. Il avait ensuite admis au micro de CNN que cette prestation était une « tâche » sur sa réputation : « C’est une tache parce que je suis celui qui a fait cette présentation au nom des États-Unis devant le monde, et cela fera toujours partie de mon bilan ».


L’ancien chef d’état-major des armées s’était également immiscé dans la crise diplomatique entre Rabat et Madrid, autour du rocher de Leïla (Perejil), au cours duquel il avait notamment posé un ultimatum à Mohamed Benaïssa, alors ministre des Affaires étrangères, en lui sommant de le mettre en contact avec le Roi Mohammed VI dans les dix minutes à défaut de quoi, menace-t-il, il « ira jouer avec ses petits-enfants pendant le week-end, et les Espagnols ne quitteront jamais l’île »… 

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct