logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.09.2022 à 10 H 25 • Mis à jour le 27.09.2022 à 10 H 33 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Partenariat

Couverture sociale et bancarisation des artisans: Ammor signe une convention avec le Crédit Agricole

Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Économie sociale et solidaire, a procédé ce mardi, à la signature d'une convention de partenariat avec le PDG du groupe Crédit Agricole Maroc (CAM), Nourredine Boutayeb, le président de la Fédération des Chambres de l'Artisanat, Sidati Chaggaf, ainsi que le directeur général de Maison de l'Artisan, Tarik Sadik, apprend-on d'un communiqué.


Cette convention s'inscrit dans le cadre de la généralisation de la couverture sociale et permettra l'accélération de la bancarisation et de l'inclusion financière des artisans.


De ce fait, les professionnels du secteur inscrits au Registre National de l'Artisanat (RNA), « bénéficieront d’une offre de services adaptée mise en place par le CAM et son établissement de paiement Al Filahi Cash (AFC), et ce, à travers les canaux physiques et digitaux de la banque présents dans tout le Royaume », fait savoir cette même source.


Ainsi, les inscrits au RNA profiteront, en plus d'offres bancaires adaptées avec des conditions tarifaires préférentielles, « d'un dispositif spécifique pour faciliter le versement des remboursements des frais médicaux et le paiement des cotisations mensuelles afférentes à l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) », précise-t-on. 


Pour l'heure, quelques 441 258 artisans sont pré-immatriculés à la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS) en tant que travailleurs non-salariés pour bénéficier de l'AMO, en plus des 94 527 autres identifiés et disposant d'une couverture médicale.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct