S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.03.2023 à 08 H 54 • Mis à jour le 13.03.2023 à 09 H 00 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Diplomatie

Critiques de la normalisation avec Israël: le Cabinet royal recadre le PJD

Dans un communiqué diffusé ce lundi matin, le Cabinet royal revient sur la dernière déclaration du secrétariat général du Parti de la justice et du développement (PJD), où on relève « des dépassements irresponsables et des approximations dangereuses, concernant les relations entre le Royaume du Maroc et l'Etat d’Israël, en lien avec les derniers développements dans les territoires palestiniens occupés ».


A cet égard, le Cabinet Royal souligne ce qui suit :


Premièrement, on indique que « la position du Maroc envers la question palestinienne est irréversible, et elle constitue l'une des priorités de la politique étrangère du Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine et Président du Comité Al-Qods, qui la place au même rang de l'intégrité territoriale du Royaume. Il s’agit d’une position de principe constante du Maroc, qui ne saurait être soumise aux surenchères politiciennes et aux campagnes électorales étriquées ».


Deuxièmement, le communiqué souligne que « la politique extérieure du Royaume est une prérogative du monarque, en vertu de la Constitution, que le Souverain exerce conformément aux constantes nationales et aux intérêts suprêmes de la patrie, et à leur tête la question de l’intégrité territoriale ».


Troisièmement : « les relations internationales du Royaume ne peuvent être l’objet de chantage de la part de quiconque et pour quelque considération que ce soit, particulièrement dans ce contexte mondial complexe. L’instrumentalisation de la politique extérieure du Royaume dans un agenda partisan interne constitue ainsi un précédent dangereux et inacceptable ».


Enfin, quatrièmement, le Cabinet royal précise que « la reprise des relations entre le Maroc et Israël a été effectuée dans des circonstances et dans un contexte que tout le monde connait. Elle est encadrée par le communiqué du Cabinet Royal du 10 décembre 2020 et celui publié le même jour à la suite de la communication téléphonique entre Sa Majesté Le Roi et le Président palestinien, ainsi que par la Déclaration Tripartite du 22 décembre 2020, signée devant le Souverain ».


« Les forces vives de la nation, les partis politiques, ainsi que certaines personnalités de premier plan, de même que certaines instances associatives militant pour la question palestinienne, avaient alors été informés de cette décision, pour laquelle ils avaient exprimé leur adhésion et leur engagement ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct