logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.05.2022 à 12 H 42 • Mis à jour le 25.05.2022 à 13 H 27
Par
Diplomatie

Déplacement d’Albares aux îles Canaries, les relations Maroc-Espagne sur la table

José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères, s’est rendu aux îles Canaries ce mercredi, afin de rencontrer le président Angel Victor Torres et de discuter de la nouvelle étape des relations avec le Maroc, apprend-on d’EFE


Lors de cette réunion à Tenerife et Albares a déclaré que cela permettra d’examiner « les sommets présentant un intérêt particulier pour les îles », ainsi que d’aborder « divers aspects de la projection extérieure de l’Espagne à travers les îles Canaries, en particulier en tant que plate-forme vers l’Afrique ».


Albares a précisé qu’il est évident qu’une fermeture totale des routes migratoires ne sera jamais réalisée, mais il reste convaincu que la contribution bénéfique aux îles Canaries des accords avec le Maroc commence à être observée.


Après leur entrevue, le ministre a annoncé que l’archipel ne peut pas gérer seul le phénomène migratoire parce qu’il s’agit « d’une surcharge pour les îles », mais aussi parce qu’il s’agit « d’un impératif moral ».


Il profitera également de cette visite pour assister à la Journée de l’Afrique à Las Palmas au siège de la Casa Africa. Lors de ce déjeuner, Albares rencontrera les ambassadeurs africains en Espagne et passera en revue les défis que la politique étrangère du gouvernement espagnol s’est fixée dans le cadre du 12ème Conseil diplomatique Casa Africa.


Pour rappel, Torres avait annoncé qu’avec la fin de la crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc, la question de la délimitation des eaux territoriales sera remise sur la table des négociations.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct