En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
10.04.2018 à 21 H 37 • Mis à jour le 10.04.2018 à 21 H 37
Par et
France

Dernier acte du coup diplomatique arabe de Macron: il dîne avec MBS et Hariri

Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohamed ben Salman et le Premier ministre libanais Saad Hariri dînent ensemble ce mardi soir à l’Elysée avec Emmanuel Macron, a-t-on indiqué à l’Elysée, cinq mois après la crise libanaise dans laquelle la France avait joué un rôle de médiation.


Avant ce dîner, les « trois dirigeants évoqueront ensemble brièvement les sujets liés à la stabilité du Moyen-Orient, à la lutte contre le terrorisme et aux coopérations économiques et culturelles », a-t-on précisé.


Cette rencontre annoncée à la dernière minute se tient cinq mois après la crise libanaise qui avait conduit le chef de l’Etat français à effectuer une visite éclair à Ryad –  d’où Saad Hariri avait annoncé sa démission à la surprise générale –  pour s’entretenir avec MBS.


La venue en France du Premier ministre libanais dans les jours qui ont suivi avait permis, au moins temporairement, de faire baisser la tension et ouvert la perspective d’une sortie de crise en permettant aux différentes parties de ne pas perdre la face. Cette médiation avait été saluée comme un « coup diplomatique » de la part d’Emmanuel Macron.


Signe de la volonté du Liban et de l’Arabie saoudite de montrer que la page de cet épisode est définitivement tournée, Saad Hariri a diffusé sur son compte Twitter lundi une photographie sur laquelle il pose aux côtés de MBS et du roi du Maroc Mohammed VI avec pour légende « sans commentaire ». Il a répété la même chose avec cette fois-ci, Macron… 



« L’Arabie saoudite est un partenaire très important du Liban, comme l’a montré la récente contribution saoudienne à la conférence des donateurs pour le Liban, avec une ligne de crédit d’un milliard de dollars », a indiqué de son côté l’Elysée. Ce prêt n’avait pu entrer en vigueur faute d’un vote au Parlement libanais.


Lire aussi :Macron en conciliateur entre Rabat, Alger et Riyad

Revenir au direct