En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
05.09.2019 à 23 H 21 • Mis à jour le 05.09.2019 à 23 H 22
Par
Infrastructures

Dix milliards de dirhams d’investissement prévus pour le port Dakhla Atlantique

Le Conseil de gouvernement a approuvé, jeudi à Rabat, le projet de décret n° 2.19.37 portant création d’une Direction provisoire au ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, chargée de superviser la réalisation du port Dakhla Atlantique, présenté par le secrétaire d’État chargé du transport au nom du ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau.


Cette direction aura pour missions de faire le suivi des travaux de construction de cette infrastructure, de veiller à la qualité des différents travaux et d’établir des rapports sur leur avancement et leur état comptable, outre la gestion des transactions conclues avec les entreprises, les bureaux et les laboratoires, a indiqué Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement, dans un communiqué lu lors d’un point de presse tenu à l’issue de la réunion du Conseil.


Les missions de cette structure administrative prendront fin dès l’achèvement des travaux de construction du port Dakhla Atlantique, a-t-il fait savoir.


Ce port permettra de renforcer l’offre portuaire de cet important pôle, a relevé El Khalfi, annonçant que le lancement des appels d’offres relatifs aux travaux est prévu lors des trois derniers mois de 2019.


Les travaux de construction dureront environ sept ans avec un volume d’investissements de près de 10 milliards de dirhams, a-t-il dit.


« Dakhla Atlantique sera un port commercial dont l’emplacement est initialement prévu à environ 70 kilomètres au nord de Dakhla et sera situé à mi-chemin entre Casablanca (1 500 kilomètres au nord) et Dakar (1 300 au sud) », a- t-il déclaré, selon EFE.


« Il s’agit d’un pôle portuaire important qui relie les autres principaux ports du pays (Casablanca, Tanger Med, Nador West Med, Safi et le projet Kenitra) et renforcera la position du pays en tant que porte d’entrée du continent africain ».


Mustapha El Khalfi a aussi souligné qu’une zone franche serait érigée près du port, ce qui créerait un pôle économique qui « attirera les investissements et créera des emplois ». Le trafic de ce port devrait atteindre 2,2 millions de tonnes dès les premières années d’exploitation.


Il comprendra une digue principale de 2 800 mètres, une digue secondaire de 600 mètres et un quai commercial de 800 mètres.


Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du modèle de développement des provinces du sud et de la Stratégie portuaire nationale à l’horizon 2030 ayant proposé la création de six pôles portuaires adaptés à l’option de régionalisation, permettant à chaque région de tirer profit du rôle dynamique des activités portuaires et du rôle structurant des principaux chantiers lors de la réalisation de nouvelles d’infrastructures, conclut le porte-parole.

Par
Revenir au direct