En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.02.2021 à 21 H 38 • Mis à jour le 26.02.2021 à 21 H 45
Par
Partis politiques

Driss El Azami Idrissi démissionne de la présidence du Conseil national du PJD

Après la démission de Mustapha Ramid du gouvernement, pour des raisons de santé, c’est au tour de Driss El Azami Idrissi d’annoncer son départ des instances du parti. Il quitte de ce fait son poste de président du Conseil national (CN) et de membre du secrétariat général, d’après une lettre de démission consultée par Le Desk. Celle-ci est adressée par la figure du PJD aux membres du CN du parti.


Dans sa missive, El Azami, qui occupe également le poste du président du Conseil de la ville de Fès, affirme : « j‘ai décidé de soumettre cette démission parce que, malheureusement, je ne peux plus tolérer ou comprendre, ni expliquer ou accepter ce qui se passe à l’intérieur du parti, ni le changer, et donc je ne veux pas en être témoin », indique-t-il.  « Je sais que cette décision est difficile et que son impact l’est encore plus, mais les choses ne peuvent plus continuer ainsi », ajoute le PJDiste.


Plus loin, le dirigeant islamiste précise que le parti doit revoir son approche, sans pour autant préciser la cause réelle. « Il faut que de telles positions difficiles soient prises, pour que le parti puisse se rassembler, reprenne l’initiative, renouvelle son approche et interroge la direction avant qu’il ne soit trop tard ». 


Aucune autre indication n’est fournie. Comme précisé ultérieurement, on sait que Mustapha Ramid a annoncé sa demande de démission, en raison de son état de santé physique comme l’intéresse l’invoque lui-même dans sa lettre. On sait également qu’il y a quelques mois, c’est le président du conseil de la ville de Casablanca, Abdelaziz El Omari, qui avait annoncé son départ du secrétariat général du parti. La raison étant la récente décision du Maroc de rétablir ses relations diplomatiques avec Israël. Sur le même sujet, c’est Abou Zayd al-Mokri al-Idrissi qui avait gelé son adhésion au sein du parti.



Par
Revenir au direct