logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.04.2017 à 14 H 42 • Mis à jour le 28.04.2017 à 14 H 42
Par
Justice

Egypte : la fin de l’indépendance légendaire des magistrats ?

Le président égyptien Abdelfattah al Sissi a signé une loi par laquelle il s’octroie le pouvoir de nommer certains des juges des plus hauts tribunaux du pays, malgré les critiques de magistrats sur le fait que cette disposition porte atteinte à l’indépendance de la justice.

Le Parlement a voté ces amendements mercredi, ses promoteurs les présentant comme nécessaires pour conférer à Abdel Fattah al Sissi davantage de pouvoirs dans la lutte contre le terrorisme. Ils permettent notamment au président de désigner directement le président de chacune des plus hautes juridictions du pays.

Abdel Fattah al Sissi, qui a renversé le président islamiste Mohamed Morsi en 2013 lorsqu’il était à la tête de l’armée, a rétabli l’état d’urgence après les attentats contre deux églises coptes au début du mois.

Un grand nombre de juges, comme d’opposants politiques, dénoncent les pressions et la répression dont ils font l’objet depuis 2014 à mesure que le gouvernement cherche à resserrer son emprise sur leur institution.

L’association des juges avait appelé Abdelfattah al Sissi à ne pas ratifier les amendements votés mercredi en dénonçant leur inconstitutionnalité puisqu’ils ne respectent pas le principe de séparation des pouvoirs. Mais le chef de l’Etat n’a pas tenu compte de leur demande et a posé sa signature au bas du nouveau texte de loi, qui a été publié jeudi au journal officiel.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct