En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.07.2020 à 09 H 54 • Mis à jour le 11.07.2020 à 09 H 54
Par
Patrimoine

En Turquie, le président Erdogan transforme la mythique basilique Sainte-Sophie en mosquée

Véritable polémique en Turquie où le président Recep Tayyp Erdogan a ordonné officiellement, ce 10 juillet,  la transformation de la mythique basilique chrétienne Sainte-Sophie en mosquée. La décision va à contre-courant d’un décret de 1934 édicté par Mustapha Kemal Atatürk qui choisissait de faire des lieux un musée national. Il aura fallu 86 ans pour que l’actuel président en décide autrement, malgré les critiques, et au plus grand plaisir des milieux religieux.


Le motif retenu par le Conseil d’Etat ayant décidé de cette reconversion : Sainte-Sophie, « devenue une mosquée après la prise de Constantinople Par Mehmet le Conquérant, en 1453, ne pouvait pas être utilisée à d’autres fins que celle qui lui avait été assignée par le sultan », relève LeMonde.fr citant la décision. Une décision qui poussera les autorités politiques du pays à rapidement publier la décision au Journal Officiel, transférant la gérance des lieux du ministère de la culture et du tourisme à la direction des Affaires religieuses, en plus de permettre la prière au sein de l’édifice.


« Aujourd’hui, la Turquie s’est débarrassée d’une honte. Sainte-Sophie vit à nouveau une de ses résurrections, comme elle en a déjà connu plusieurs. La résurrection de Sainte-Sophie est annonciatrice de la libération de la mosquée Al-Aqsa », a affirmé le président Erdogan dans un message télévisé adressé à la nation, ce 10 juillet à Ankara.


La décision a immédiatement été critiquée au sein de la Turquie, par les milieux progressistes, mais aussi à l’international : la ministre grecque de la culture, Lina Mendoni, présentant la décision comme étant « une provocation envers le monde civilisé », tandis que le premier ministre de la Grèce a condamné « avec la plus grande fermeté la décision de la Turquie ».


Les Américains, par la voie de leur chef de diplomatie Mike Pompeo, avaient également appelé à ne pas transformer Sainte-Sophie en mosquée. Même chose du côté de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) qui inclut Sainte-Sophie dans la liste du patrimoine mondial de l’humanité.

Revenir au direct