logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
20.10.2018 à 00 H 37 • Mis à jour le 20.10.2018 à 00 H 37 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Opinion

Eric Golstein fait le parallèle entre les affaires Khashoggi et Ben Barka

Dans une tribune publiée par le Washington Post, Eric Goldstein, directeur adjoint pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Human Rights Watch, fait le parallèle entre l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et la disparition en 1965 en plein de cœur de Paris de Mehdi Ben Barka, leader de l'opposition marocaine au roi Hassan II.


L'affaire Ben Barka contient d'importantes leçons sur la manière de réagir au prétendu assassinat du journaliste saoudien - ainsi que sur le coût de l'inaction, avance Goldstein.


« Les puissances occidentales n'ont peut-être pas versé de larmes à la suite de la liquidation d'une figure socialiste pendant la guerre froide. Cependant, leur incapacité à exiger des comptes pour le crime commis sur le sol français a peut-être encouragé le roi », écrit-il, faisant référence à la répression qui a frappé toute opposition à la monarchie durant « les années du plomb ».


« À l'occasion du 40e anniversaire de la disparition de Ben Barka, le maire de Paris a présidé à l'inauguration de Place Mehdi Ben Barka. Peut-être qu'un jour une plaque sera placée devant le consulat saoudien à Istanbul pour commémorer la disparition de Khashoggi . Ne commémorons pas non plus l’échec des gouvernements à se tenir à ses côtés, ainsi que toutes les autres victimes d’un gouvernement brutal », conclut-il.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct