En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.10.2018 à 13 H 30 • Mis à jour le 22.10.2018 à 13 H 30
Par
GADEM

Expulsion de migrants: les autorités accusées de mises en scène

Les autorités sont de nouveaux pointées du doigt quant à leur gestion de la question migratoire. Dans une note publiée dimanche 21 octobre, le GADEM les accuse de mettre en scène des actes de violences entre migrants afin de justifier leur renvoi forcé.


Selon les informations de l’association spécialisée de la question migratoire, les membres des forces de l’ordre auraient encore une fois entassé des migrants dans des bus, pour cette fois-ci les laisser toute une journée sans eau ni nourriture. Ils « auraient mis en scène et filmé des violences à leur encontre allant jusqu’à se battre entre eux pour faire croire que les personnes maintenues étaient les auteurs de ces violences », pour rajouter que les autorités auraient « également filmé des vitres qu’ils auraient eux-mêmes préalablement brisées ainsi que l’utilisation de drogues, afin d’accuser les personnes maintenues », peut-on lire dans la note de suivi publiée par le GADEM.


Par la suite, les personnes sont reconduites au sous-sol du commissariat central de Tanger où plusieurs autres migrants sont maintenus dans des conditions précaires déjà dénoncées par le GADEM dans ses précédentes publications. D’autres informations rapportées par l’association révèlent que des mises en scène similaires ont été dénoncées par les ONG et la société civile, notamment celles se rapportant à des vidéos et des photographies prises de personnes arrêtées qu’on a forcées à pauser près d’embarcations, pour faire croire à des flagrants délits d’émigration irrégulière.


Lancée depuis le 21 septembre, la campagne #CoûtsEtBlessures du GADEM a pour objectif de dénoncer les exactions commises par les autorités depuis le mois d’août, dans le cadre d’actions inédites visant à transporter des personnes étrangères subsahariennes du nord du Maroc vers le sud du pays ou encore de les expulser, sans se préoccuper de la régularité de leur situation.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par @soufianesbiti
Revenir au direct