En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.06.2017 à 19 H 51 • Mis à jour le 22.06.2017 à 19 H 51
Par
Hirak

HRW et Amnesty font état d’allégations de tortures et de brimades subies par Zafzafi

« La police a arrêté et a battu sévèrement le leader de fait des manifestations sociales en cours dans la région du Rif du Maroc », ont déclaré conjointement Human Rights Watch et Amnesty International ce jeudi 22 juin, sur la base d’un compte rendu que le chef du Hirak a fait à son avocat.


« Les autorités enquêtent sur Nasser Zafzafi, le chef de la protestation, sur des accusations graves, dont une qui porte la peine de mort et certaines qui apparaissent de nature politique », indique le communiqué des deux ONG internationales qui précise que Zafzafi, âgé de 38 ans, « est le plus connu d’au moins 127 manifestants et des militants emprisonnés lors d’une répression policière sur les manifestations pour la plupart pacifiques dans le nord du Maroc qui a commencé fin mai 2017 ».


Zafzafi a demandé un examen médical pour documenter l’abus dont il dit avoir fait l’objet devant un procureur le 5 juin. « Sa demande n’a pas encore été satisfaite », a déclaré Abdelaziz Nouaydi, l’un de ses avocats, « soulevant des inquiétudes quant au respect par le tribunal de son devoir d’enquêter sur les allégations de violence policière », ajoutent HRW et Amnesty qui listent les brimades supposées (violences physiques, coups et blessures, insultes  et obligation de déclamer “Vive le roi” )

Revenir au direct