En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.08.2017 à 11 H 20 • Mis à jour le 11.08.2017 à 17 H 54
Par
Politique

Ilyas El Omari : une démission « irréversible »

Comme annoncé par Le Desk, Le Secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Ilyas El Omari, a présenté, lundi à Rabat, sa démission de son poste, a confirmé le Bureau politique du parti.


« Eu égard à sa responsabilité politique en tant que Secrétaire général ayant supervisé les différentes phases qu’a traversées le parti pendant plus d’un an, dont les échéances électorales, M. El Omari a présenté sa démission de son poste de Secrétaire général du PAM, tout en soulignant qu’il restera, comme il l’a toujours été, un militant au sein du parti et de ses organes », précise le PAM dans un le communiqué diffusé tard dans la nuit.


Après une discussion approfondie, poursuit la même source, « les membres du bureau politique ont convenu à l’unanimité de rejeter cette décision prise de manière unilatérale par le Secrétaire général », ajoutant que face à l’insistance d’El Omari, le bureau politique a décidé de soumettre cette décision à l’avis du Conseil national du parti.


El Omari a tenu ce mardi, une conférence de presse au siège central du PAM à Rabat, pour insister sur son « choix personnel » qu’il a qualifié « d’irréversible ». Dans son intervention, il a endossé la totalité de la responsabilité dans les échecs de son parti, tout en indiquant cependant que son départ n’est pas lié à la dégradation de la situation dans le Rif. Il a dit qu’il suivait ainsi la logique du discours royal du 20 juillet.


Par ailleurs, rapporte le PAM, le bureau politique du parti, réuni lundi à Rabat, a suivi la présentation et les interventions des membres, y compris un exposé du Secrétaire général et du comité d’évaluation du bilan du parti depuis sa création il y a neuf ans, ainsi qu’un rapport sur les activités des deux groupes parlementaires et de l’Instance nationale des élus et d’autres rapports portant sur les aspects organisationnels et administratifs du parti.


Selon le communiqué, le Bureau politique a également examiné et discuté l’actualité politique, économique et sociale du Maroc, tout en soulignant que suivant « une lecture réaliste et une évaluation objective de la situation après environ deux ans des élections régionales et communales et dix mois des législatives, le bureau politique a fait état d’une série de conclusions relatives au degré d’engagement et du respect des décisions émanant du parti et de ses instances décisionnelles ».


Parmi ces conclusions figure le fait que certains présidents de collectivités territoriales ont indiqué qu’ils ne peuvent pas poursuivre leurs missions correctement en raison de la faiblesse des moyens et de l’absence d’une interaction positive du gouvernement.


Le PAM annoncera, par ailleurs, les décisions prises à l’encontre de d’autres présidents de collectivités territoriales n’ayant pas respecté les directives et les décisions du parti, relève le communiqué.


S’agissant de l’action parlementaire, le parti adressera des avertissements aux parlementaires qui n’ont pas respecté le code de conduite et rendra publics les noms des parlementaires absents lors des séances parlementaires et des réunions des commissions permanentes, et ce dans le cadre du respect du principe de corrélation de la responsabilité à la reddition des comptes et du slogan prôné par le parti lors de la campagne électorale, Le changement, maintenant.

Revenir au direct