logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.07.2022 à 11 H 06 • Mis à jour le 26.07.2022 à 11 H 06
Par
Brasiers

Incendies: 10 300 hectares au total ravagés par les feux de forêts (Sadiki)

Le ministre de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Mohamed Sadiki, a indiqué, ce lundi, que la superficie totale touchée par les feux de forêts survenus dans plusieurs régions du Royaume a atteint 10 300 hectares.


En réponse à des questions orales à la Chambre des représentants sur « les causes et les répercussions des incendies de forêt survenus dans certaines régions du Maroc », Sadiki a noté que la superficie qui était menacée d'être complètement ravagée par les flammes est de presque 123 000 hectares, ajoutant que les incendies ont failli toucher, dans la région de Larache, des habitations de plus de 5 200 familles, tandis que 35 douars étaient menacés.


Le ministre a, en outre, assuré que les incendies sont maîtrisés jusqu'à présent, à l'exception d'un feu de forêt qui s'est déclaré ce lundi après-midi au niveau de la commune de Tazrout et qui est pris en charge par des avions Canadair. Il a également précisé qu'il existe certains foyers dans les zones touchées qui éclatent de temps à autre mais qui sont contenus grâce à la rapidité des interventions terrestres et aériennes nécessaires, dont la priorité absolue est la préservation de la vie des intervenants et des populations locales.


« Ils sont au total 4 200 éléments des Eaux et forêts, de la Protection civile, des Forces armées royales, de la Gendarmerie royale, des forces auxiliaires et des autorités locales, des agents de la Promotion nationale ainsi que des volontaires, appuyés par des camions de pompiers, des citernes à eau, des véhicules d'intervention rapide, des ambulances, des engins et des bulldozers qui ont contribué à circonscrire les incendies », a-t-il rappelé.


Dans le même contexte, il a souligné que le Maroc dispose d'un Centre national de gestion des risques climatiques forestiers et d'un plan national intégré de lutte contre les incendies de forêt approuvé par tous les partenaires institutionnels. Ce plan tient compte de tous les facteurs à l'origine des feux et s'appuie sur des interventions de terrain efficaces basées sur une approche proactive de détection et d’alerte précoce pour tous les intervenants.


Il a également précisé que ledit plan s'articule autour de deux axes, le premier concerne le domaine de la prévision et de la prévention, tandis que le second porte sur la lutte contre les incendies et les secours.


Le premier axe, « dépend de l'allocation de fonds nécessaires pour financer les programmes annuels, assurer les équipements et les moyens à même de réduire les départs de feu, collecter les données et de les stocker dans un système d'information dédié à l'élaboration de cartes des feux de forêt constamment mises à jour qui identifient les zones les plus exposées aux risques d'incendie en collaboration avec la Direction générale de la Météorologie, et la mise en place de programmes annuels de sensibilisation de la population locale aux conséquences des incendies », a-t-il expliqué.


Quant au deuxième axe, « il est basé sur l'intervention en coordination continue avec les différents partenaires concernés, et à travers plusieurs niveaux selon la vitesse de propagation des flammes, à travers la mobilisation d'équipes d'intervention rapide au niveau terrestre et aérien, appuyées par les avions relevant des Forces royales air et de la Gendarmerie royale spécialement équipés pour lutter contre les incendies, avec l’identification des priorités stratégiques sur le terrain afin de préserver la santé et la sécurité des intervenants et protéger la vie de la population locales et ses biens ainsi que le milieu naturel ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct