En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
17.11.2018 à 15 H 56 • Mis à jour le 17.11.2018 à 17 H 37
Par
Répression

Interdits de jouer, des musiciens de rue à Casablanca arrêtés et poursuivis

Habitués à se produire Place des Nations Unies, des musiciens casaouis passeront les prochaines vacances à l’ombre. Selon nos informations, deux d’entre eux ont été arrêtés mardi dernier et seront poursuivis pour « outrages et violences à l’encontre de fonctionnaires durant l’exercice de leur fonction », indique le PV d’accusation dont Le Desk détient copie.


Parmi les jeunes arrêtés, Badr Mouataz et Mehdi Achataoui accusés d’avoir « porté atteinte aux autorités dans l’exercice de leur fonction ». Les deux jeunes casablancais âgés respectivement de 25 et 28 ans risquent gros. Le code pénal, dans ses articles de 263 jusqu’à 267, prévoient des peines de prison ferme allant jusqu’à cinq ans de réclusion, notamment lorsqu’il s’agit de blessures portées à l’encontre du fonctionnaire ou encore de flagrant délit. Deux caractéristiques reconnues par le PV dressé par la police et transmis au procureur du roi. En raison des congés à venir, les accusés devraient passer au moins une semaine derrière les barreaux avant de pouvoir plaider pour une liberté provisoire. Ils sont d’ores et déjà défendus par Me Youssef Chehbi qui s’insurge contre ce traitement extrême infligé à des artistes dont le seul tort a été de vouloir animer une place très visitée par les passants du centre-ville et de pouvoir, comme dans d’autres cités à travers le monde, vivre de leur art en proposant aux badauds des concerts improvisés.


Les faits remontent 13 novembre, lorsque des éléments des forces auxiliaires se rendent sur les lieux de leurs performances de rue pour appliquer la décision des autorités locales, datant du mois dernier et interdisant la présence des musiciens accusés de nuisances sonores. L’interdiction ordonnée par le Wali de Casablanca, Abdelkbir Zahoud, selon les autorités, fait suite à des plaintes de plusieurs riverains, des habitants comme des professionnels dont l’utilisation des haut-parleurs par les musiciens semble déranger.


Selon les déclarations des éléments des forces auxiliaires, les jeunes musiciens auraient refusé d’obtempérer et réagi avec « agressivité » face aux ordres des autorités. Un échange qui aurait causé plusieurs blessures à élément des forces auxiliaires rattachées à l’annexe administrative de la Wilaya de Casablanca. Celui-ci, selon le PV, a été transporté à l’hôpital le plus proche et a produit un certificat médical.

Revenir au direct