En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.10.2019 à 13 H 44 • Mis à jour le 04.10.2019 à 13 H 44
Par
Moyen-Orient

Irak: Le plus haut dignitaire chiite met en cause la classe politique

Le grand ayatollah Ali al Sistani, plus haut dignitaire chiite d’Irak, a appelé vendredi les forces de l’ordre et les manifestants dénonçant la corruption et le manque d’emplois dans le pays à ne pas recourir à la force, tout en critiquant la classe politique, en particulier les parlementaires, pour leur incapacité à régler les problèmes du pays.


Les manifestations ont commencé mardi à Bagdad et se sont rapidement propagées dans une grande partie de l’Irak, en particulier dans le sud chiite du pays. Elles ont entraîné la mort de 46 personnes, pour la plupart tuées depuis jeudi.


« Il est triste qu’il y ait eu tant de morts, de victimes et de destruction », déclare Ali al Sistani dans une lettre lue par son représentant Ahmed al Safi lors d’un sermon dans la ville sainte chiite de Kerbala.


« Le gouvernement et les partis politiques n’ont pas répondu aux revendications du peuple sur la lutte contre la corruption et ne sont parvenus à rien sur le terrain », ajoute le dignitaire, dont la parole est rare. « Le parlement porte la responsabilité principale de ce qui est en train de se passer. »


Dans une allocution télévisée au cours de la nuit, le Premier ministre, Adel Abdoul Mahdi, a dit comprendre la frustration de la population mais souligné qu’il n’existait pas de « solution magique » aux problèmes du pays.

Revenir au direct