En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.11.2021 à 11 H 37 • Mis à jour le 24.11.2021 à 12 H 03
Par
Normalisation

Israël signe un accord « historique » de coopération militaire avec le Maroc

Dans le cadre de sa visite historique au Maroc, Benny Gantz, ministre israélien de la Défense, annonce ce mercredi avoir signé un protocole d’accord avec son homologue marocain.


« J’ai signé avec le ministre marocain de la Défense Abdellatif Loudiyi un accord de coopération sécuritaire avec le Maroc », a déclaré le ministre israélien sur son compte Twitter. « L’accord comprend la réglementation de la coopération en matière de renseignement, les achats de sécurité, la formation conjointe et les liens étroits entre les industries ».


Le ministre israélien affirme d’ailleurs que les deux pays ont  « franchi une étape historique aujourd’hui », remerciant « le roi Mohammed VI et le ministre de la Défense pour leurs efforts visant à élargir les relations entre les deux pays ».


D’après des sources citées par la presse israélienne, le protocole d’accord ne stipulait d’accords de défense spécifiques, mais fournissait plutôt un cadre juridique et réglementaire pour de futurs accords.


Selon les même sources, un responsable du ministère de la Défense a déclaré que si Israël entretient des liens de sécurité étroits avec la Jordanie et l’Égypte, avec lesquels il a également des accords de paix, il n’a pas de protocole d’accord comme celui-ci avec eux , ce qui rend l’accord avec le Maroc « sans précédent ».


Benny Gantz a atterri à Rabat mardi soir, pour la première visite officielle d’un ministre israélien de la Défense au Maroc depuis la normalisation entre l’état Hébreu et le Royaume l’année dernière. Le ministre a débuté son voyage mercredi par une visite du Mausolée Mohammed V.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct