En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.10.2020 à 08 H 58 • Mis à jour le 24.10.2020 à 08 H 58
Par
Diplomatie

Israël-Soudan: après l’annonce de la normalisation, les critiques de l’Iran et du Hamas

Ce 23 octobre, c’est le président des États-unis, en compagnie de sa garde approchée, qui, depuis le Bureau Ovale de la Maison-Blanche a annoncé la normalisation des relations entre Israël et le Soudan. Celui-ci avait été retiré par Washington, en début de semaine, de la liste des pays parrains du terrorisme.


Si du côté israélien, le premier Benjamin Netanyahou n’a pas hésité à qualifier la décision de « formidable revirement » de la part du Soudan, de son côté, le Hamas par la voix de son porte-parole, a présenté l’annonce comme étant « un péché politique qui nuit au peuple palestinien et à l’intérêt national du Soudan », précise Hazem Qassem.


Un cadre du Hamas, cité par Le Monde, a qualifié quant à lui l’annonce « de douloureuse qui va à l’encontre de l’histoire du Soudan, pays qui soutient la cause palestinienne ». Même constat de la part de l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas qui avait condamné l’accord.


Dans une citation reprise par Reuters, le ministre des Affaires étrangères iranien a déclaré « qu’il suffisait maintenant de fermer les yeux sur les crimes commis contre les Palestiniens pour être retiré de la soi-disant liste noire du terrorisme », explique-t-il, qualifiant « la liste d’aussi bidon que la lutte américaine contre le terrorisme ».

Par
Revenir au direct