En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.05.2021 à 15 H 59 • Mis à jour le 15.05.2021 à 15 H 59
Par
Soutien

John Waterbury prend la défense des journalistes Raissouni et Radi

Dans une contribution parue le 14 mai dans le Washington Post, John Waterbury prend la défense des journalistes Soulaiman Raissouni et Omar Radi, détenus depuis de longs mois dans l’attente de l’ouverture de leur procès.


Célèbre au Maroc pour son ouvrage de référence sur les mécanismes de pouvoir du régime marocain, Le Commandeur des croyants – La monarchie marocaine et son élite, fruit d’une minutieuse enquête de terrain menée à la fin des années 60, le politologue américain qui réside actuellement à Princeton, estime que « le Maroc n’est pas le seul à abuser de ses propres lois régissant la presse et les médias sociaux, mais il est un allié proche des États-Unis et, plus important encore, pleinement capable de fixer des normes d’État de droit inhabituelles dans une grande partie du monde arabe ».


Il ajoute dans sa tribune : « J’écris en tant qu’observateur de longue date de la politique marocaine et ami de ce pays remarquable. Son système politique –  à la fois sous Hassan II et son fils, Mohammed VI –  a un pluralisme et un libéralisme inhérents qui le distinguent. La répression des journalistes diminue sa stature et diminue son rôle de phare pour sa région. Le Maroc a la force inhérente de respecter les droits de ses citoyens et d’appliquer scrupuleusement ses lois. Le juste traitement de M. Raissouni et de M. Radi en témoignerait ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct