logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
07.11.2022 à 23 H 50 • Mis à jour le 07.11.2022 à 23 H 51 • Temps de lecture : 1 minutes
Par et
Criminalité

#JusticePourAnouar: une fille de 17 ans soupçonnée du meurtre interpellée

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Tanger ont interpellé, lundi après-midi, en coordination avec leurs homologues de la ville de Tétouan, et sur la base d'informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), une mineure de 17 ans soupçonnée de coups et blessures à l'arme blanche entraînant la mort d’un étudiant de 20 ans.


Pour rappel, samedi dans la matinée, le corps d'un étudiant de l'ENCG de Tanger, du nom d'Anouar El Othmani, a été retrouvé sans vie à son appartement. Des traces d'égorgement ont été relevés.


Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que les services de la police judiciaire de Tanger, appuyés par des techniciens de la scène du crime, avaient entrepris, samedi dernier, la procédure de constatation du corps de la victime, qui avait été découvert à son domicile à Tanger où il résidait seul, notant que le corps de la victime portait plusieurs coups de couteau au niveau des membres supérieurs qui lui auraient été assénés à l’aide d’un objet contondant.


Les recherches et investigations minutieuses menées sur le terrain par les équipes de la Sûreté ont permis l’interpellation de la principale mise en cause soupçonnée d'avoir commis ces actes criminels, relève la même source, soulignant que l’enquête judiciaire en cours tend à déterminer le mobile du crime.


Ces recherches ont également permis d’interpeller un membre de la famille de la prévenue, pour son implication présumée dans la non-dénonciation du crime et la destruction de l’arme du crime ainsi que de certains objets issus d’activités criminelles.


La mise en cause a été placée sous surveillance policière, eu égard à son statut de mineure, tandis que son proche a été placé en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, afin d'élucider les tenants et aboutissants de cette affaire, conclut le communiqué.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct