logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.08.2022 à 11 H 51 • Mis à jour le 11.08.2022 à 11 H 52 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Sahara

La Colombie rétablit ses relations diplomatiques avec le Polisario

À peine investi cette semaine, le président colombien Gustavo Petro a décidé de rétablir les relations diplomatiques avec le Front Polisario, gelées depuis 2001, fait savoir l'agence de presse EFE citant le ministère colombien des Affaires étrangères.


« Le gouvernement de la République de Colombie, inspiré par les principes et les buts de la Charte des Nations Unies, réaffirme la validité de la déclaration conjointe signée avec le gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique le 27 février 1985 », indique le communiqué publié par la diplomatie colombienne.


Le président colombien, accompagné de sa vice-ministre des Affaires multilatérales, a rencontré ce mercredi le diplomate en chef du Polisario, Mohamed Salem Ouled Salek, et l'ambassadeur du Polisario pour l'Amérique Latine, Mohamed Zrug. Après avoir établi leurs relations diplomatiques en 1985, le Polisario et la Colombie les avaient cependant gelées en 2001, sous la présidence d'Andrès Pastrana.


Le nouveau président colombien avait déjà eu par le passé à affirmer sa sympathie pour la cause du Polisario : en novembre 2020, sur Twitter, il ne manquait pas de faire la comparaison entre le Polisario et le mouvement du 19 avril, auquel il appartenait. « Bien que cela semble étrange en Colombie, depuis plusieurs décennies, nous sommes solidaires du Front Polisario et de sa lutte pour l'indépendance de sa Nation », avait-il affirmé. « Il était une fois des gens du M19 et du Front qui marchaient ensemble dans ces déserts en rêvant d'un monde nouveau », ajoutait-il.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct