En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.01.2021 à 11 H 56 • Mis à jour le 04.01.2021 à 11 H 56
Par et
Wikileaks

La justice britannique refuse l’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis

La justice britannique a finalement refusé l’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, réclamée par les Etats-Unis qui veulent le juger pour espionnage après la publication de centaines de milliers de documents confidentiels.


Washington reproche à Assange d’avoir mis en danger des sources des services américains, accusation qu’il conteste. Parmi les documents publiés figurait une vidéo montrant des civils tués par les tirs d’un hélicoptère de combat américain en Irak en juillet 2007, dont deux journalistes de l’agence Reuters.


Cette décision de la justice britannique est toutefois susceptible de recours. La bataille judiciaire n’est donc sans doute pas finie au Royaume-Uni. Pendant les cinq semaines d’audience en février et en septembre, les avocats de Julian Assange avaient dénoncé une procédure « politique » fondée sur des « mensonges ». Or, soulignaient-ils, l’accord américano-britannique interdit « expressément » les extraditions pour les « infractions politiques ».


Reste également à savoir quelle sera l’attitude de l’administration du futur président américain Joe Biden à l’égard du fondateur de WikiLeaks. Devenu pour ses soutiens un symbole du combat pour la liberté d’informer, l’Australien de 49 ans se trouve sous le coup de poursuites lancées sous la présidence de Donald Trump. Sous son prédécesseur Barack Obama, qui avait Joe Biden pour vice-président, la justice américaine avait renoncé à poursuivre le fondateur de WikiLeaks.


Mais il y a tout juste dix ans, celui qui accédera dans moins d’un mois à la Maison-Blanche avait estimé que Julian Assange s’apparentait davantage à un « terroriste high-tech » qu’à un héritier des « Pentagon papers » ayant révélé, dans les années 1970, les mensonges des Etats-Unis sur la guerre du Vietnam. « Selon le vice-président nord-américain, la vérité sur les Etats-Unis, c’est du terrorisme », avait rétorqué Assange.


Julian Assange avait été arrêté en avril 2019 après sept ans derrière les murs de l’ambassade d’Equateur à Londres, où il s’était réfugié après avoir enfreint les conditions de sa liberté sous caution, craignant une extradition vers les Etats-Unis ou la Suède, où il a fait l’objet de poursuites pour viol qu’il conteste et qui ont depuis été abandonnées.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct