En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.01.2021 à 02 H 52 • Mis à jour le 21.01.2021 à 02 H 55
Par
Biologie

La plus ancienne étoile de mer datant de 480 millions d’années découverte au Maroc

Une étoile de mer fossile découverte au Maroc qui remonte à 480 millions d’années est un « chaînon manquant » entre les crinoïdes modernes et leurs ancêtres, a rapporté une étude scientifique dont les résultats complets ont été publiés dans la revue Biology Letters.


Des experts de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni ont déclaré que le fossile –  découvert dans le schiste de Fezouata de la chaîne de montagnes de l’Anti-Atlas –  est l’étoile de mer la plus ancienne connue.


Elle remonte à une période de l’histoire de la Terre – celle de la biodiversification de l’Ordovicien –  lorsque la vie s’est soudainement étendue.


Le candidat précédent pour le spécimen d’étoile de mer, le plus ancien jamais enregistré, était 50 millions d’années plus jeune, ont déclaré les chercheurs.


Selon son nom scientifique « Cantabrigiaster fezouataensis », l’espèce ancienne est de conception complexe, avec des bras plumeux encore visibles dans ses spécimens fossiles.


Les vestiges magnifiquement préservés permettront aux paléontologues de cartographier en détail le corps de la nouvelle espèce –  et de mettre en lumière la façon dont les étoiles de mer ont évolué, est-il indiqué.


« Trouver ce lien manquant avec leurs ancêtres est incroyablement excitant », a déclaré le paléoécologue évolutionniste Aaron Hunter de l’Université de Cambridge.


« Si vous remontiez le temps et que vous mettiez la tête sous l’eau dans l’Ordovicien, alors vous ne reconnaîtriez aucun des organismes marins –  à l’exception des étoiles de mer, elles sont l’un des premiers animaux modernes  », a-t-il déclaré.


Selon les chercheurs, C. fezouataensis n’a pas environ 60 % des caractéristiques du plan corporel d’une étoile de mer moderne –  ressemblant plutôt à un hybride entre une étoile de mer et un crinoïde.


« Le niveau de détail du fossile est incroyable –  sa structure est si complexe qu’il nous a fallu un certain temps pour en comprendre la signification », a déclaré le Dr Hunter.


Dans leur étude, le Dr Hunter et son collègue Javier Ortega-Hernandez –  auparavant également de Cambridge, maintenant basé à l’Université de Harvard aux États-Unis –  ont examiné un catalogue de centaines d’animaux ressemblant à des étoiles de mer aux côtés de C. fezouataensis.


Ils ont répertorié toutes leurs caractéristiques corporelles afin d’évaluer comment l’espèce fossile était liée à d’autres membres de la famille des échinodermes –  un groupe diversifié comprenant les concombres de mer et les étoiles de mer.


Comme la plupart des espèces modernes, le fossile a une symétrie quintuple –  mais cette forme ancestrale avait de larges bras qui avaient presque un contour pentagonal.


L’équipe prévoit d’étendre son travail à la recherche d’autres échinodermes précoces. « Une chose à laquelle nous espérons répondre à l’avenir est la raison pour laquelle les étoiles de mer ont développé leurs cinq bras », a commenté le Dr Hunter. « Cela semble être une forme stable (…) –  mais nous ne savons pas encore pourquoi », a-t-il ajouté.

Par
Revenir au direct