S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.01.2021 à 20 H 36 • Mis à jour le 27.01.2021 à 20 H 38 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
WEB

La série d’histoire en ligne « On raconte que » revient pour une deuxième saison

La première saison de « On raconte que », une série de vidéos pédagogiques sur l’histoire du Maroc avait été fortement plébiscitée. L’historien et politiste Nabil Mouline derrière les 8 capsules informatives en ligne, a enregistré plus de 6 millions de vues. Suite à ce succès fulgurant, le lancement de la deuxième saison, a été annoncé dans un communiqué pour ce 28 janvier.


Cette nouvelle saison promet, « une trentaine de vidéos courtes de présenter de manière scientifique mais accessible au grand public ». Ainsi, on y verra, selon la même source, « illustrations, pièces d'archive, récit et bibliographie ». Ce sera une sorte de manuel virtuel retraçant les évènements historiques et mettant en avant les différents personnages, institutions et symboles, qui ont « façonné le passé du pays, et qui continuent à influer sur son présent ». La volonté première de l’historien est avant tout de fournir au public « une histoire scientifique, à la fois complexe et décomplexée et surtout plurielle dans l’espoir de renforcer l’esprit critique », en opposition à une forme de récit simpliste et faussement consensuel.


Nabil Mouline est également chercheur au CNRS, et est entre autres l'auteur de livres, dont notamment : Le califat imaginaire d'Ahmad al-Mansur. Pouvoir et diplomatie au Maroc au XVIe siècle ou encore Le califat : histoire politique de l'islam, publié en 2016 aux éditions Flammarion.


Les 12 nouveaux épisodes autour de questions  politiques, que religieuses et culturelles sont bientôt accessibles sur Youtube et sur Facebook.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct