S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.01.2021 à 11 H 24 • Mis à jour le 15.01.2021 à 11 H 24 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Exclusion

L’absence de parité dans les nominations aux fonctions supérieures, soulignée par l’ADFM

Dans un récent communiqué, l’Association Démocratique des Femmes du Maroc (ADFM), conteste le manque de parité aux nominations aux fonctions supérieures. Selon l’ADFM,  « l’ensemble des nominations aux fonctions supérieures adoptent la même approche traditionnelle qui consacre l’exclusion systématique des femmes ».


Ainsi, aucune évolution en matière de renforcement de la représentativité des femmes, ne serait observée sur les résultats et les statistiques disponibles à ce sujet. L’ADFM note que « le rapport du Ministère de l'Économie et des Finances concernant les ressources humaines de l'administration marocaine, a révélé le faible accès des femmes aux fonctions supérieures faisant objet de délibération du Conseil du Gouvernement depuis juillet 2012 jusqu'au premier semestre 2020. »


Dans le même rapport, le communiqué informe que les nominations de femmes est de 137 sur un total de 1 160 postes, soit un pourcentage de seulement 11,8 %. Ainsi, l’ADFM proteste devant le manque de mesure en faveur du renforcement et l'amélioration de l'accès des femmes aux fonctions supérieures, malgré la faiblesse constatée des taux.


L’association rappelle l'importance d'accélérer la réforme globale de la fonction publique et de prendre des mesures et des dispositions réglementaires efficaces qui permettent d'améliorer l'environnement de travail au profit des femmes. Elle informe également l’opinion publique de sa demande d’un examen complet des lacunes de la loi organique ainsi que l’amélioration des articles relatifs au renforcement de la représentation des femmes. Et conclut que « la crise économique et sociale endémique résultant du Covid-19 nécessitent la révision de tous les textes contenant une discrimination directe ou indirecte pour garantir la participation des femmes et des hommes à l'élaboration de politiques publiques inclusives. »

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct