En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
30.01.2018 à 15 H 59 • Mis à jour le 30.01.2018 à 15 H 59
Par et
France

L’affaire des Chibanis de la SNCF en jugement d’appel

La Cour d’appel de Paris rendra, mercredi, son jugement dans l’affaire des 848 anciens cheminots de nationalité ou d’origine marocaine qui poursuivent la Société nationale des chemins de fer (SNCF) pour discrimination durant leur carrière, apprend-on mardi de source informée.


En septembre 2015, la SNCF avait été condamnée par le Conseil des prud’hommes de Paris au paiement de dommages et intérêts de l’ordre de 170 millions d’euros aux plaignants qui lui réclamaient plus de 628 millions d’euros, soit un peu plus de 700 000 euros pour chacun d’eux.


Dans cette affaire, les demandeurs accusent l’entreprise française de les avoir délibérément « cantonnés » aux plus bas niveaux de qualification et de salaires, ce qui les a ensuite pénalisés à l’heure de la retraite.


Campant sur sa position devant la Cour d’appel, la SNCF a continué à nier les avoir « traités de façon différente ».


Ces salariés « sans qualification » n’avaient « qu’une très faible chance, y compris s’ils avaient bénéficié des règles statutaires, d’arriver à une position cadre », avaient plaidé les avocats du groupe public.


Ils ont été traités « à part » et majoritairement « cantonnés » aux plus basses catégories, avait répliqué l’avocat des anciens cheminots, Me de Lesquen-Jonas, recevant le soutien du Défenseur des droits.


Embauchés entre 1970 et 1983 comme contractuels par une SNCF en manque de main d’œuvre, les plaignant étaient pour une grande majorité contractuels et n’ont pas pu bénéficier du statut particulier des cheminots, plus avantageux et relevant d’une caisse de retraite spécifique.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct