En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.02.2021 à 13 H 35 • Mis à jour le 21.02.2021 à 15 H 38
Par
Maghreb

L’Algérie accuse le Maroc et Israël de mener une campagne d’intox visant son armée

L’Algérie par la voie de son ministère de la Défense a accusé ce dimanche le Maroc et Israël d’être derrière une campagne prétendant la participation de son armée à des missions en dehors des frontières dans le cadre du G5 Sahel. Un communiqué officiel au ton particulièrement virulent affirme que ce sont « des intox qui ne peuvent provenir que d’ignares à la solde des services du Makhzen marocain et sionistes »

L’Algérie a démenti ce dimanche, via un communiqué de son ministère de la Défense (MDN), toute participation des troupes de l’Armée nationale populaire (ANP) à des missions en dehors des frontières dans le cadre du G5 Sahel et a accusé de manière très virulente le Maroc d’être derrière une campagne d’intox l’associant ainsi dans une entreprise de déstabilisation menée par ses services avec « les services sionistes »


« Certaines parties et porte-voix de la discorde ont relayé via leurs pages et comptes subversifs sur les réseaux sociaux des allégations dénuées de tout fondement, proférant que les actions et les opérations menées par l’institution militaire, au niveau interne et externe, répondent à des agendas et des instructions émanant de parties étrangères, et que l’Armée nationale populaire s’apprête à envoyer des troupes pour participer à des missions militaires en dehors de nos frontières nationales sous le chapeau de puissances étrangères dans le cadre du G5 Sahel, ce qui est faux et inadmissible », fustige le MDN algérien dans un communiqué diffusé ce dimanche.


Le MDN accuse ainsi le Maroc d’être derrière cette campagne, en affirmant sur un ton inimaginable pour un communiqué officiel que ce sont « des intox qui ne peuvent provenir que d’ignares à la solde des services du Makhzen marocain et sionistes ».


Le ministère de la Défense algérien « dément catégoriquement toutes ces allégations tendancieuses et manœuvres sournoises, à travers lesquelles leurs auteurs croient pouvoir semer le trouble et déstabiliser le pays ».


Il affirme que l’ANP « n’a jamais été, et ne sera jamais soumise dans ses actions qu’à l’autorité » du président de la République, et « conformément à ses missions constitutionnelles explicites et aux lois de la République, dans la défense de la souveraineté, de l’intégrité et de la sécurité nationales ».


Le ministère de la Défense algérien, rappelle que « la participation de l’Armée nationale populaire en dehors des frontières du pays relève de la décision du peuple algérien, conformément aux dispositions de la Constitution de la République ».


« Nous saluons le discernement des citoyens, conscients des conspirations et des complots qui se trament contre l’Algérie, désormais connus de tous, et dans l’intérêt suprême de la Nation, nous les appelons à davantage de vigilance quant aux fake news colportées qui visent désespérément à nuire à la stabilité de la Nation », conclut le communiqué.


La capitale tchadienne, N’Djamena a accueilli les 15 et 16 février un sommet entre les pays du G5 Sahel et la France. Le Maroc y était invité et représenté par le chef du gouvernement Saâdeddine El Otmani, ce qui a fortement déplu à Alger.


La sortie du ministère de la Défense algérien sous tutelle de la présidence intervient au lendemain de la conversation téléphonique entre Abdelmadjid Tebboune et Emmanuel Macron qui ont convenus, samedi 20 février, de dynamiser la coopération entre leurs deux pays, selon un communiqué de La Mouradia qui n’apporte pas plus de détails sur cet échange, le premier entre les deux dirigeants depuis le retour de Tebboune il y a une semaine d’Allemagne, où il a été longuement soigné pour des complications post-Covid-19.

Par
Revenir au direct