En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.05.2020 à 00 H 50 • Mis à jour le 14.05.2020 à 22 H 43
Par
Covid-19

L’Américain Gilead interdit au Maroc de produire le Remdesevir, des associations en appellent à l’Etat

Dans un communiqué diffusé à la presse, ce 13 mai, trois associations marocaines, l’ALCS, l’AMDH et l’ITPC-MENA, tirent la sonnette d’alarme : l’anti-viral Remdesevir, traitement utilisé contre le Covid-19 et précédemment utilisé contre le virus Ebola, pourrait cependant ne pas pouvoir être produit au Maroc s’il s’avère efficace. La raison : les génériqueurs nationaux sont interdits par le laboratoire américain Gilead de le fabriquer. Actuellement, seulement deux pays peuvent produire l’antiviral : l’Inde et le Pakistan.


Au Maroc, le Remdesevir est sous brevet d’invention de l’OMPIC jusqu’en 2031. Dans ce cadre, les trois associations interpellent le gouvernement et lui demandent d’émettre des licences d’office, pouvant mettre à disposition le Remdesevir mais aussi tous les médicaments et technologies susceptibles d’aider à lutter contre le Covid-19. Le motif de « raison de santé publique » devrait être invoqué.


Dans son communiqué, le trio associatif rappelle d’ailleurs qu’il est probable que la demande mondiale sur le médicament explose si celui-ci s’avère efficace. « Qu’est-ce qui garantit que le Maroc sera priorisé ? », s’interroge-t-on. « Notre pays doit se préparer à tous les scenarios et faire usage de tous les instruments légaux dont il dispose pour ne pas être pris de court », conclut le président de l’AMDH, le Dr. Aziz Rhali.


Revenir au direct