En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.03.2021 à 01 H 16 • Mis à jour le 19.03.2021 à 01 H 16
Par
DGSN

Le casseur de manifestation arrêté et placé en garde à vue par la PJ de Rabat

Le service préfectoral de la police judiciaire de Rabat a réussi, jeudi, sur la base d’informations fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), à interpeller le suspect apparu dans des séquences vidéo en train d’user, mercredi dernier à Rabat, de la violence à l’encontre de participants à une manifestation.


Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que les services de police judiciaire chargés d’enquêter sur cette affaire avaient entamé toutes les recherches préliminaires nécessaires à la lumière des données et enregistrements relayés par les réseaux sociaux, et qui ont permis d’identifier le suspect impliqué dans la commission de ces actes criminels et de l’interpeller.


Le mis en cause a été placé en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, afin de déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire, conclut la DGSN.


Le Procureur du Roi près le Tribunal de première instance de Rabat avait au préalable annoncé l’ouverture d’une enquête, sous la supervision de ce Parquet, sur l’usage par cet individu de la violence lors de la dispersion d’un rassemblement sur la voie publique. Lancée ce jeudi, l’enquête avait été confiée à la police judiciaire de Rabat, a précisé la même source.


Pour rappel, une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux montrait un individu, habillé en civil, violentant des manifestations lors de la marche des enseignants contractuels. La wilaya de Rabat avait la première annoncé l’ouverture d’une enquête.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct