En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.04.2019 à 00 H 47 • Mis à jour le 22.04.2019 à 00 H 47
Par
Turquie

Le chef de l’opposition turque agressé à Ankara

Kemal Kilicdaroglu, président du Parti républicain du peuple (CHP), principal parti de l’opposition en Turquie, a été agressé par une foule en colère dimanche à Ankara et a dû être exfiltré par des agents de sécurité.


Sur une vidéo mise en ligne, on voit au moins deux coups l’atteindre à la tête tandis que ses gardes du corps se débattent pour tenter de le protéger au milieu d’une foule d’hommes en colère.


L’agression s’est produite alors que Kilicdaroglu assistait aux funérailles d’un soldat turc tué lors d’un accrochage avec des séparatistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).


D’après la chaîne de télévision NTV et l’agence Demiroren, l’opposant a pu se réfugier dans une maison voisine. « Kemal Kilicdaroglu va bien. Il a été conduit en lieu sûr », a confirmé Levent Gok, député du CHP, interrogé par la chaîne Haberturk TV.


L’opposant a ensuite été évacué par des policiers à bord d’un véhicule blindé.


Le procureur en chef d’Ankara, Yuksel Kocaman, a annoncé que six assaillants avaient été identifiés.


Le CHP a remporté les villes d’Ankara et d’Istanbul lors des élections municipales très disputées du 31 mars. Des recours ont été formés par le parti de la Justice et du Développement (AKP) du président Recep Tayyip Erdogan.


Au cours de la campagne électorale, l’AKP a accusé le parti d’opposition de présenter parmi ses candidats des militants du PKK.


« Ils ne voulaient pas que je me rendre aux funérailles de nos (soldats) martyrs », a commenté Kilicdaroglu devant ses partisans au siège du CHP. « Ils pensent que je reculerai s’ils m’attaquent. Mais je ne reculerai même pas d’un pas. »

Revenir au direct