logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.01.2022 à 00 H 13 • Mis à jour le 13.01.2022 à 00 H 16
Par
Normalisation

Le chef du Mossad aurait rencontré le premier ministre libyen en Jordanie

Le directeur du Mossad David Barnea et le Premier ministre libyen par intérim Abdelhamid Mohammed Al-Dabaiba se sont récemment rencontrés en Jordanie pour discuter de la normalisation et de la coopération en matière de sécurité, ont rapporté des médias saoudiens, libyens et israéliens. Une information niée par la partie libyenne.


Déjà en novembre, le journal israélien Haaretz a rapporté que Saddam Haftar, fils du chef de guerre libyen, le général Khalifa Haftar, s’était rendu à l’aéroport Ben Gourion pour des réunions avec des responsables israéliens concernant une éventuelle normalisation.


L’ancien chef du Conseil de sécurité nationale Meir Ben Shabbat et son espion-messager, connu uniquement sous le nom de « Maoz », auraient également eu de tels contacts, et leur traitement du dossier a été transmis à l’ancien responsable du Shin Bet, Nimrod Gez.


Gez avait des liens étroits avec Ben Shabbat et l’avait soutenu en tant que futur chef potentiel du Shin Bet avant que l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu ne perde le pouvoir et que ce scénario ne soit retoqué.


« Il n’est pas clair si l’un des responsables libyens pourrait procéder à une normalisation substantielle avec Israël étant donné le chaos actuel dans lequel le pays se trouve depuis des années », commente le Jerusalem Post.


« Le mois dernier, les élections tant attendues du pays ont été reportées et il est incertain si les divers groupes belligérants seront capables d’organiser les élections, sans parler de modifier des décennies de relations officiellement hostiles avec l’État juif », ajoute la même source.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct