En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
09.10.2018 à 12 H 31 • Mis à jour le 09.10.2018 à 12 H 33
Par
Rif

Le froid diplomatique maroco-néerlandais s’invite à un festival de cinéma à Nador

Le mini-conflit diplomatique entre le Maroc et les Pays-Bas semble se répercuter sur les activités culturelles néerlandaises dans le royaume. Selon l’agence de presse espagnole EFE, le Festival international de cinéma et mémoire commune de Nador (FICMEC) a dû être obligé de retirer la Hollande comme pays « invité d’honneur », malgré que la représentation diplomatique du pays à Rabat ait financé à hauteur de 40 000 euros l’évènement.


Les raisons invoquées du retrait sont « politiques », selon la même source, citant Abdessalam Boutayeb, organisateur du festival. Au centre de la polémique, les reproches marocains faits à l’adresse du ministère des affaires étrangères batave pour son « ingérence » dans l’affaire des contestations du Rif et de l’emprisonnement de ses principaux leaders.


Le 28 septembre, la partie marocaine présentait la réunion entre les deux ministères des Affaires étrangères des deux pays comme étant une rencontre « houleuse », selon des sources diplomatiques, affirmant que Nasser Bourita avait, face à son homologue Stef Blok aux Nations Unies, dénoncé une nouvelle fois l’attitude de la Hollande au sujet de la situation dans la région du Rif.


Un froid diplomatique entre les deux pays qui aurait eu raison de la programmation de la 7ème édition du FICMEC de Nador, organisé par le Centre de la mémoire commune pour la démocratie et la paix. La cérémonie d’ouverture, ayant eu lieu le 6 octobre, a vu la participation de Aicha El Khattabi, fille du leader historique rifain, Mohamed Ben Abdelkrim El Khattab et l’ancien chef du gouvernement espagnol, Jose Luis Rodriguez Zapatero.

Revenir au direct