S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
03.02.2023 à 16 H 24 • Mis à jour le 03.02.2023 à 16 H 24 • Temps de lecture : 2 minutes
Par et
Approvisionnement

Le gouvernement anticipe une baisse du prix de la viande rouge

Le gouvernement a pris une batterie de mesures pour garantir l'approvisionnement normal des marchés et la qualité des denrées alimentaires, ainsi que pour atténuer les répercussions de l'inflation, a indiqué, jeudi à Rabat, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas.


Intervenant lors d'un point de presse tenu à l'issue du Conseil de gouvernement, Baïtas a fait savoir que « le contrôle est intensifié pour limiter toutes les pratiques qui entravent le fonctionnement normal des marchés ».


En outre, les droits de douane appliqués aux importations de blé tendre et dur, et de coton, très demandés pendant le mois de Ramadan, vont continuer d'être suspendus, alors qu'une neuvième tranche du soutien exceptionnel destiné aux professionnels du transport sera octroyée, a-t-il fait savoir.


S'agissant de la viande rouge, le ministre a indiqué que les droits d'importation applicables à cette substance ont été respectés, en plus de la suspension de la taxe sur la valeur ajoutée, « afin d'approvisionner rapidement le marché, ce qui pourrait se répercuter sur les prix ».


En effet, le prix du kilogramme de viande rouge a atteint jusqu'à 100 dirhams et pourrait même bientôt dépasser cette barre. Pour cause, l'augmentation du prix des intrants utilisés pour engraisser les animaux. M'hammed Karimine, président de la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR), déclarait déjà en octobre dernier que les prix continueront d'augmenter.


Par exemple, le prix de l'orge utilisé dans l'alimentation des animaux destinés à l'abattage était passé de deux à cinq dirhams au cours de cette année.


Concernant le suivi de l'approvisionnement et le contrôle des prix, Baitas a souligné que les commissions mixtes locales en charge de ce dossier effectuent, sous la supervision des walis et gouverneurs, des sorties régulières sur le terrain pour contrôler les points de vente, les restaurants collectifs et les entreprises de l'industrie alimentaire.


Dans ce sillage, il a relevé que des instructions strictes ont été données pour intensifier le contrôle en vue de limiter toutes formes de spéculation sur les prix, et toutes les pratiques qui perturbent le fonctionnement normal des marchés, que ce soit en matière d'approvisionnement, de prix, ou du respect des normes de qualité.


Baitas est également revenu sur le bilan du suivi des prix et de la qualité des denrées alimentaires au niveau national pour le mois de janvier, faisant savoir que les interventions des commissions mixtes locales de contrôle ont concerné 16 696 points de vente.


Et de poursuivre que ces interventions ont permis de constater 859 infractions dans le domaine des prix et de la qualité des aliments, à la suite desquelles 139 avertissements ont été émis et 720 procès-verbaux ont été adressés aux tribunaux ou en cours, à prendre toutes les mesures légales contre les contrevenants, en plus de la saisie et de la destruction de 29,64 tonnes de denrées alimentaires impropres à la consommation ou non conformes à la législation.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct