S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.01.2024 à 17 H 03 • Mis à jour le 11.01.2024 à 17 H 03 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Exécutif

Le gouvernement prêt à délibérer sur une pétition appelant à l’arrêt de la normalisation avec Israël

Le gouvernement a annoncé qu'il était prêt à délibérer sur une pétition appelant à l'arrêt de la normalisation avec Israël.


À l'issue d'une réunion du Conseil de gouvernement le 10 janvier, le porte-parole du gouvernement Mustafa Baitas a déclaré que l’exécutif « est prêt à délibérer sur la pétition ».


La pétition a été soumise par des militants des droits de l'homme et appelle le gouvernement à mettre un terme à la normalisation des relations avec Israël.


C’est l’un des outils dont disposent les Marocains pour inciter le gouvernement à adopter des politiques publiques ou à annuler des accords. Selon la loi marocaine, une commission gouvernementale est censée examiner toute pétition soumise pour l'accepter ou la rejeter.


« Les pétitions sont encadrées par la Constitution de 2011, qui donne aux citoyens cette opportunité d'exprimer leurs opinions sur les questions de développement ou de demander la promulgation de lois », a expliqué Baitas.


Le Maroc est le quatrième pays arabe à avoir normalisé ses relations avec Israël en 2020, après les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.


Selon le ministère de la Santé de Gaza, 23 357 Palestiniens ont été tués et 59 410 blessés lors des opérations militaires massives israéliennes en cours à Gaza ayant débuté le 7 octobre après l’attaque menée par Hamas sur des localités limitrophes à l’enclave palestinienne.


Les estimations palestiniennes et internationales indiquent que la majorité des personnes tuées et blessées sont des femmes et des enfants.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct