logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.03.2022 à 15 H 27 • Mis à jour le 23.03.2022 à 01 H 58 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Automobile

Le Japonais Sumitomo transfèrera une partie de ses lignes de production ukrainiennes au Maroc

En raison de la guerre en Ukraine et des chocs d’approvisionnement qu’elle a engendrés, la firme japonaise Sumitomo Electric Industries a décidé de transférer ses lignes de production de faisceaux de câbles automobiles depuis l’Ukraine vers le Maroc et la Roumanie, rapporte le média financier nippon Nikkei Asia.


Le producteur japonais renforcera donc ses usines marocaines et roumaines avec de nouvelles lignes de production, après avoir suspendu les opérations de son usine dans l'ouest de l'Ukraine à la fin du mois dernier.


Cette usine, qui avait pour principal client le constructeur automobile Volkswagen, employait environ 6 000 personnes et représentait environ 10 % de la production européenne de Sumitomo Electric.


L’arrêt de la production de faisceaux de câbles et d'autres composants ont obligé Volkswagen à interrompre la production d'automobiles en Allemagne et l’ont contrainte de suspendre ou de réduire la production dans les usines d'Europe de l'Est.


Sumitomo Corp a estimé le coût du transfert de la production à plus de 10 milliards de yens (environ 804 millions de dirhams), un coût qui sera supporté partiellement par le constructeur allemand.


Pour rappel, la firme japonaise est présente au Maroc depuis 2001 à travers trois filiales : Sews MFZ, SEBN et Sews Cabind. Considéré comme le premier employeur du Maroc avec 25 000 emplois créés, Sumitomo a signé en janvier 2021 un protocole d’accord pour la création de sa cinquième unité de production marocaine.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct