En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.07.2021 à 22 H 42 • Mis à jour le 13.07.2021 à 22 H 44
Par
Pandémie

Le Maroc offre son aide à la Tunisie gravement touchée par le Covid

Durement touchée par la pandémie du Covid-19 et face un système sanitaire national qui « s'effondre» , la Tunisie recevra une aide médicale du Maroc composée d'unités de réanimation et de respirateurs.

« Suite à l’aggravation de la situation épidémiologique en Tunisie, en raison d’une forte augmentation des contaminations et des décès liés à la Covid-19 », Mohammed VI a donné ses instructions pour « l’envoi d’une aide médicale d’urgence à ce pays maghrébin frère », précise un communiqué du ministère des Affaires étrangères.


L’aide en question « sera composée de deux unités de réanimation complètes et autonomes, dotées d’une capacité totale de 100 lits. Elle comprendra, en outre, 100 respirateurs et deux générateurs d’oxygène d’une capacité de 33 m3/heure chacun. L’aide sera acheminée par les avions des Forces Royales Air », indique le département de Nasser Bourita.


Cette décision « s’inscrit dans le cadre des liens de solidarité active entre le Royaume du Maroc et la République Tunisienne, ainsi que de la fraternité authentique qui unit les deux peuples frères », conclut-on.


La Tunisie avait par ailleurs ces derniers jours fait différents appels aux dons afin de pallier au débordement de ses hôpitaux devant la propagation du virus du Covid-19. Le porte-parole du ministère tunisien de la Santé n’avait pas hésité à parler « d’effondrement » du système sanitaire. Pour la seule journée du 12 juillet, 4 310 nouveaux cas de Covid-19 avaient été enregistrés. Quelques jours avant, le 10 juillet, plus de 9 000 cas en une journée avaient été enregistrés.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct