S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.03.2023 à 12 H 45 • Mis à jour le 02.03.2023 à 12 H 45 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Africom

Le Maroc participe aux manoeuvres militaires Flintlock 2023

Le Maroc fait partie des 29 nations, dont 15 pays africains, qui participent à l’exercice militaire Flintlock 2023, un exercice annuel de maintien de l'ordre qui a lieu cette année du 1er au 15 mars au Ghana et en Côte d'Ivoire, apprend-on d'un communiqué du Commandement des États-Unis pour l’Afrique (Africom).


Cette année, les pays africains qui participent à cette manœuvre militaires sont le Maroc, le Burkina Faso, le Cabo Verde, le Cameroun, le Tchad, la Côte d'Ivoire, le Ghana, la Libye, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, l'Afrique du Sud, le Togo et la Tunisie.


Les autres pays participants sont l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Canada, le Danemark, l'Espagne, les États-Unis, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, la République tchèque et le Royaume-Uni.


Initié par l’armée américaine depuis 2005, Flintlock « offre une opportunité d'entraînement essentielle pour les forces spéciales de l’armée américaine, africaine et de la communauté internationale », a déclaré le Contre-amiral de la Marine américaine Milton J. Sands III, ajoutant qu'« ensemble, nous travaillons pour échanger les meilleures pratiques pour relever les défis de la sécurité au Sahel et en Afrique de l'Ouest », a-t-il poursuivi.


Cette année, les opérations se concentreront sur les opérations de siège des multinationales basées à Accra, au Ghana. Par ailleurs, certains partenaires occidentaux et africains s'entraîneront ensemble à distance, fait-on savoir.


Les exercices parrainés par Africom renforcent les partenariats entre le Commandement des opérations spéciales pour l’Afrique (Socafrica), les organisations militaires américaines et internationales, en augmentant l' « interopérabilité » pendant les crises, afin d'accroître la sécurité et la stabilité dans la région, conclut la source.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct