logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.05.2022 à 13 H 09 • Mis à jour le 18.05.2022 à 13 H 11
Par
Automobile

Le Nigérian Autochek fait l’acquisition du Marocain Kifal Auto

Autochek, une société de technologie automobile au Nigéria dont l'objectif est de rendre l'achat de véhicules plus accessible et abordable en Afrique, a annoncé l'acquisition de Kifal Auto, une start-up de technologie automobile du Maroc, apprend-on d'une déclaration faite ce mercredi.


Fondée par Nizar Abdallaoui Maane en 2019, Kifal Auto a pour objectif de fournir un processus transparent d'achat et de vente de voitures d'occasion en permettant l'accès aux financements, aux garanties, aux assurances et à d'autres services.


La société nigériane opère déjà en Afrique de l'Ouest et de l'Est, notamment au Nigéria, au Ghana, en Côte d'Ivoire, au Kenya et en Ouganda. Ses partenaires sont éparpillés dans plus de 1 500 concessions automobiles et ateliers. Quant aux partenaires bancaires nécessaires à la facilitation de la vente, Autochek en possède plus de 70.


Etop Ikpe, président directeur général et cofondateur d'Autochek, a déclaré : « Dès ma première interaction avec Nizar et son équipe chez Kifal Auto, j'ai été tellement impressionné par leur passion pour la fourniture de solutions efficaces et leur engagement envers l'innovation ».


Il ajoute qu' « ils ont construit une excellente plate-forme et nous sommes ravis de les avoir à bord chez Autochek pour soutenir le travail que nous faisons pour améliorer la proposition de valeur du financement automobile en Afrique. Il y a tellement de parallèles dans nos histoires individuelles et j'attends avec impatience une relation longue et mutuellement bénéfique pour les années à venir ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct