En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.07.2019 à 11 H 14 • Mis à jour le 26.07.2019 à 11 H 14
Par
Corée

Le numéro un nord-coréen hausse le ton, assiste aux essais de missiles

La Corée du Nord a prévenu vendredi que son dernier essai de missile était une mise en garde destinée aux « bellicistes » sud-coréens afin qu’ils arrêtent d’importer des armes de pointe et de mener des manœuvres militaires avec les Américains.


Le numéro un nord-coréen, Kim Jong-un, a assisté jeudi à la démonstration d’une « nouvelle arme tactique guidée », le premier essai depuis que la rencontre entre Donald Trump et Kim à la frontière coréenne le 30 juin dernier.


Cette initiative de Pyongyang pourrait jeter une nouvelle ombre sur les discussions avec Washington, qui sont dans l’impasse depuis l’échec du sommet de Hanoï en février dernier.


« Nous sommes obligés de continuer de mettre au point des armes superpuissantes pour éliminer les menaces potentielles et directes visant notre sécurité nationale et émanant du Sud », a dit Kim Jong-un, cité par KCNA.


Un porte-parole des forces américaines en Corée du Sud, le colonel Lee Peters, a indiqué vendredi que les essais ne constituaient « pas une menace contre la Corée du Sud ou les Etats-Unis et qu’ils n’avaient eu aucun effet sur les positions de défense ».


Le journal nord-coréen Rodong Sinmun a publié des photos du lancement des missiles, sur lesquelles on peut voir Kim Jong-un regarder la trajectoire des missiles grâce à des jumelles ou sur des écrans.


Kim Jong-un a déclaré que le test était « un avertissement solennel aux bellicistes de l’armée sud-coréenne » et a accusé les Sud-Coréens de mener un « double jeu » pour avoir affirmé qu’ils soutenaient la paix, tout en important simultanément de nouvelles armes et en effectuant des exercices militaires.


Le dirigeant sud-coréen devrait mettre un terme à de tels « actes suicidaires » et « ne devrait pas commettre l’erreur d’ignorer cet avertissement », a-t-il prévenu.


Le numéro un nord-coréen s’est dit satisfait de la réactivité de l’arme et de sa trajectoire à basse altitude, ce qui, selon lui, rendrait une interception difficile.


Selon le commandement des forces américaines en Corée du Sud, il s’agit d’un nouveau « type de missile balistique » pour la Corée du Nord, a précisé le colonel Lee Peters.


Un responsable du ministère sud-coréen de la Défense a indiqué à Reuters que les deux missiles avaient parcouru près de 600km, ajoutant qu’il s’agissait sans doute d’un nouveau type de projectile ayant des caractéristiques similaires au missile russe SS-26 Iskander.


Interrogé sur les essais de missiles de Pyongyang, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré à la chaîne Fox News qu’avant les négociations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, « les activités de Pyongyang étaient bien plus dangereuses » pour Washington, Séoul et Tokyo.


Mike Pompeo a rappelé que lorsque Kim et Trump se sont rencontrés dans la zone démilitarisée (DMZ) à la frontière entre les deux Corées, le dirigeant nord-coréen s’était engagé à « éviter de lancer des missiles balistiques à portée intermédiaire et à longue portée » et à reprendre les négociations. Il a ajouté que de nouvelles discussions étaient encore possibles.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct