S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.12.2020 à 12 H 00 • Mis à jour le 12.12.2020 à 12 H 00 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Covid-19

Le Pérou suspend les essais cliniques du vaccin de Sinopharm attendu au Maroc

Le Pérou a temporairement suspendu les essais cliniques du vaccin anti-Covid-19 fabriqué par le géant chinois Sinopharm après avoir détecté des problèmes neurologiques chez l'un de ses volontaires.


Il s’agit du même vaccin testé par le Maroc qui n’a pas déclaré d’effets secondaires et dont il est prévu d'en faire usage pour une campagne de vaccination à l’échelle nationale visant près de 25 millions de personnes de fin décembre à mars 2021.


L'Institut péruvien national de la santé a déclaré le11 décembre qu'il avait décidé d'interrompre le processus après qu'un volontaire eut des difficultés à bouger ses bras, selon les médias locaux.


« Il y a plusieurs jours, nous avons signalé, comme nous le demandions, aux autorités de régulation qu'un de nos participants (aux essais) présentait des symptômes neurologiques qui pourraient correspondre à une affection appelée syndrome de Guillain-Barre », a déclaré le chercheur en chef German Malaga dans ses commentaires au presse.


Le syndrome de Guillain-Barré est une maladie rare et non contagieuse qui affecte le mouvement des bras et des jambes. Le Pérou a déclaré une urgence sanitaire temporaire dans cinq régions en juin de l'année dernière à la suite de multiples cas.


Dans les années 1970, une campagne pour vacciner les Américains contre une souche supposément dévastatrice de grippe porcine s'est arrêtée après qu'environ 450 des personnes vaccinées ont développé le syndrome, qui peut également provoquer la paralysie.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct