En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.10.2020 à 20 H 42 • Mis à jour le 06.10.2020 à 20 H 52
Par
Covid-19

Le PPS appelle à continuer de soutenir la presse en cette période post-confinement

Dans une réunion tenue ce 5 octobre, le bureau en charge du secteur de la culture, des arts et de la communication du Parti du Progrès et du Socialisme est revenu sur la situation de la presse au Maroc.


Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, le PPS a tenu « à mettre l’accent sur la nouvelle réalité du secteur de la presse ». Celui-ci est victime, d’après le communiqué, « d’un effondrement complet et plus du sort des professions connexes à celles de journaliste, à savoir les techniciens, les infographistes et autres travailleurs, qui demeure en suspens ».


« Les entreprises de presse ont été affectées tout au long de la période de quarantaine et même après la levée de confinement », précise-t-on, pour rappeler que « la presse joue un grand rôle dans l’éducation à la citoyenneté et le renforcement de la démocratie ». Pour cela, le bureau en charge du secteur de la presse appelle « le gouvernement à continuer à soutenir les entreprises de presse, qu’elle soit écrite ou électronique, afin de faire face aux répercussions de la post-levée de confinement ».


Dans le communiqué dont Le Desk détient copie, le parti dirigé par Nabil Benabdellah ne manque pas d’aborder l’affaire des récentes subventions de projets dans les domaines de la culture et des arts.


Dans ce cadre, le parti « condamne tout discours populiste qui sous-estime la culture et les artistes, déforme l’image symbolique et le statut des intellectuels et artistes dans notre pays, comme si les artistes et les créateurs n’étaient pas des citoyens marocains » et pouvaient pas bénéficier de subventions de la part de leur ministère de tutelle. Le parti rappelle toutefois que plusieurs artistes, en totale précarité, demeurent sans aides ni soutien de la part du gouvernement.

Par
Revenir au direct