En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
05.09.2019 à 17 H 24 • Mis à jour le 05.09.2019 à 18 H 32
Par
Justice

Le procureur rejette tout caractère politique de l’affaire Raissouni

L’arrestation de la journaliste Hajar Raissouni « n’a pas de rapport avec sa profession », a indiqué Abdeslam Imani, procureur du roi près le tribunal de première instance de Rabat, dans un communiqué publié ce jeudi.


Le communiqué affirme que des médias et réseaux sociaux, qui ont traité cette affaire, « ont publié un certain nombre de faits incorrects, et ont modifié certaines vérités auxquelles a abouti l’enquête de la police judiciaire, comme le ciblage de la journaliste citée à cause de son travail dans un établissement de presse en particulier, son arrestation sur la voie publique, et que l’expertise médicale ait nié l’occurrence d’un avortement ».


Le communiqué affirme que « l’arrestation de la journaliste concernée n’a rien à voir avec sa profession. Elle est due à sa visite occasionnelle dans une clinique qui a été contrôlée principalement sur la base d’informations obtenues par la police judiciaire sur la pratique habituelle des avortements dans la clinique concernée ».


« L’enquête (…) concerne des actes constituant des infractions pénales au regard du droit pénal, à savoir la pratique de l’avortement, l’acceptation et la participation d’avortements à des tiers et la corruption conformément aux articles 444, 450, 454, 490 et 129 du Code pénal », poursuit le communiqué.


Le communiqué livre enfin les résultats des contre-examens médicaux subis par Hajar Raissouni lors de sa détention préventive le 31 août, puis le 4 septembre, ainsi que les constats d’un rapport d’expertise génétique daté du 5 septembre concluant, affirme le procureur du roi, à un avortement.


Par
Revenir au direct