logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.07.2022 à 20 H 59 • Mis à jour le 13.07.2022 à 21 H 01
Par et
Santé

Le projet de réforme du système national de santé adopté en Conseil des ministres

Le Roi Mohammed VI a présidé, mercredi au Palais Royal à Rabat, un Conseil des ministres au cours duquel il a été procédé à l’adoption de deux projets de loi-cadre, d'un projet de loi, de deux projets de décret et d’une série de conventions internationales, indique un communiqué du porte-parole du Palais Royal, Abdelhak Lamrini.


Au début des travaux du Conseil, le ministre de la Santé et de la Protection sociale a présenté devant le monarque un exposé sur un projet de loi-cadre relatif au système national de santé, qui a été élaboré en exécution des instructions Royales pour la révision du système de santé pour qu’il soit à la hauteur du chantier de la généralisation de la protection sociale ordonné par le Souverain.


Ce projet de réforme structurant est basé sur quatre piliers fondamentaux : la bonne gouvernance visant le renforcement des mécanismes de régulation, la création d'une Haute Autorité de la santé, d'une Agence des médicaments et des produits de santé et d'une Agence du sang et produits dérivés du sang. On mentionne aussi la révision des missions, fonctions et de l’organisation de l’administration centrale.


Par ailleurs, au niveau territorial, on fait état de la création de groupements sanitaires territoriaux, qui seront chargés principalement de l’élaboration et de l’exécution du programme national régional. Les deuxième et troisième piliers mettent en avant la valorisation des ressources humaines et la mise à niveau de l'offre sanitaire, sans oublier la digitalisation du secteur de la santé.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct