En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.02.2018 à 00 H 49 • Mis à jour le 13.02.2018 à 00 H 49
Par
Fait divers

« Le scandale de la canette » prend une tournure judiciaire

La police judiciaire a déféré, lundi, devant le procureur du roi près le tribunal de première instance le jeune homme victime de l’ « affaire de la canette » qui a défrayé la chronique allant jusqu’à pousser le ministre d’Etat aux droits de l’Homme, Mustapha Ramid de dénoncer les membres du corps médical de l’avoir soumis à un traitement inhumain en le filmant et en diffusant la vidéo de son opération chirurgicale destinée lui retirer l’objet introduit dans son anus. Il a été entendu pour des accusations « d’outrage à la police judiciaire, dénonciation mensongère et perversion sexuelle, après avoir changé sa version des faits devant la police judiciaire », rapporte Assabah, qui précise qu’il est désormais en état d’arrestation.


La PJ interroge toujours par ailleurs les médecins accusés du forfait. Le prévenu avait été opéré par le chef de service de chirurgie d’un hôpital de Kenitra et trois infirmiers, pendant qu’un autre médecin filmait l’opération à l’aide de son téléphone portable, précise Assabah. Le ministre de la santé, Anas Doukkali prend très au sérieux ce fait divers. Un rapport de l’Inspection générale du ministère de la santé détaillant ce scabreux scandale lui a été remis.

Revenir au direct