logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.11.2021 à 20 H 31 • Mis à jour le 15.11.2021 à 20 H 34
Par
Crimes

Le trafiquant franco-algérien, Karim Harrat, arrêté par la DGSN à l’aéroport Mohammed V

Ce dimanche en début de soirée, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonçait sur ses réseaux sociaux l’arrestation à l’aéroport international Mohammed V de Casablanca d’un citoyen français d’origine algérienne, recherché en vertu d’une notice rouge d’interpol et d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités françaises dans une affaire de meurtre prémédité.


Selon des sources médiatiques françaises, citant notamment une communication de la procureure de Marseille Dominique Laurens, il s’agit de Karim Harrat, un Algérien de 33 ans, impliqué dans des affaires d’importation de résine de cannabis dans le département des Bouches-du-Rhône. Le trafiquant était par ailleurs recherché dans le cadre d’une information judiciaire du chef d’assassinat en bande organisée, fait-on savoir. Les faits remontent à août 2020, apprend-on.


« Les enquêteurs de la police judiciaire estiment que Karim Harrat a joué un rôle actif dans la violence qui enflamme Marseille depuis deux ans, théâtre d’une guerre des gangs qui revendiquent des territoires liés au trafic de drogue », rapporte le média français Le Parisien. 


En 2010, le prévenu s’était déjà fait connaître des services de la police française qui lui reprochait des frais de vols et d’escroquerie. Sa cible favorite : les cartes bancaires qu’il utilisait de manière frauduleuse. Harrat avait par la suite fui en Algérie, quittant la France où il était recherché, avant de se rendre quelques années plus tard à la justice française, en 2016, comme le relate le média local français La Provence.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct