En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.11.2017 à 21 H 50 • Mis à jour le 04.11.2017 à 22 H 56
Par
Football

Le Wydad de Casablanca règne enfin sur l’Afrique

Pour la première fois depuis 1992, le Wydad de Casablanca a remporté la Ligue des champions africaine. Auteur d’un nul à l’aller sur la pelouse de Al-Ahly (1-1), l’équipe des rouge et blanc s’est imposée 1-0 grâce à une tête foudroyante de Walid El Karti ( 69e) au retour à domicile dans une ambiance de feu au coeur du chaudron du Complexe Mohammed V.

Premier coup de semonce : lancé en profondeur, El Haddad remisait pour Khadrouf, dont la frappe détournée par Sayed terminait sur la transversale d’un Ekramy archi battu (30eme). Joueur feufolet, Bencharki inquiétait davantage depuis la seconde mi-temps les défenseurs d’Al Ahly.

Sur l’un de ses débordements, le jeune international échappait à Elsayed et centrait pour El Karti qui fusillait le gardien égyptien. Ainsi, la formation de Casablanca s’est adjugée la C1. Il s’agit d’une première pour un club marocain depuis le succès du Raja de Casablanca  en 1999. Quant à Al-Ahly, pourtant mieux entré dans la rencontre, il reste le club le plus titré du continent avec huit trophées, le dernier remontant à 2013.

Une explosion de joie a éclaté, samedi soir, dans le centre-ville de Casablanca, après le sacre historique du Wydad. Dès le coup de sifflet final de cette confrontation âprement disputée, les klaxons ont commencé à retentir dans la métropole, qui a vécu une nouvelle journée mémorable dans l’histoire du football national.

Les premiers supporters des Rouge et Blanc ayant investi la fameuse place des Nations Unies sont entrés dans une liesse collective, à la limite de la transe. Leur bonheur est indescriptible, surtout qu’ils attendaient une deuxième couronne africaine depuis 25 ans.

La fête promet d’être inoubliable dans les fiefs historiques du « Wydad Al-Oumma », particulièrement dans la médina, et la corniche d’Ain Diab, qui va vivre une nuit blanche, sans nul doute.

Revenir au direct