En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.01.2022 à 23 H 03 • Mis à jour le 17.01.2022 à 08 H 57
Par
Sahara

L’enfant-soldat du Polisario qui entache la visite De Mistura à Tindouf

Accompagné d’une délégation onusienne, Staffan de Mistura, envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies s’est rendu ce week-end dans les camps du Polisario à Tindouf, deuxième halte de sa première tournée dans la région depuis sa nomination au mois de novembre dernier.


Il a été accueilli par le représentant du Front Polisario auprès de l’Organisation des Nations Unies et coordinateur avec la Minurso, Sidi Mohamed Omar qui indiquait peu avant que le référendum, option exigée par le mouvement depuis des décennies était obsolète. Une sortie péniblement recadrée par l’homme du Polisario à Alger.


L’envoyé onusien a rencontré, durant deux jours, d’autres dirigeants du mouvement dirigé dont Brahim Ghali, Khatri Addouh, Mustapha Sidi El-Bachir et Hamma Salama, et écouter les avis de sa chefferie sur la question de la reprise des négociations avec le Maroc en tant que parties au conflit, et « les moyens d’une relance constructive du processus politique au Sahara occidental », relèvent les canaux de communication du Front et d’Alger après la rupture du cessez-le-feu actée par le Polisario.


Durant sa visite, l’Italo-Suédois qui succède dans sa mission difficile à l’Allemand Horst Köhler, démissionnaire en 2019, a été conduit dans divers sites à Tindouf et Rabouni, dont un mémorial de guerre et un dispensaire médical géré par le Croissant rouge.


Les observateurs présents ont cependant fait remarquer que durant sa visite, il a été flanqué par au moins un enfant-soldat (visible sur une des images diffusées par la communication officielle d’Alger) alors que « le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les conflits armés sont strictement interdits par le droit international » et que l’enrôlement d’enfants d’un certain âge pouvant d’ailleurs s’apparenter à « un crime de guerre », a noté la presse semi-officielle marocaine.



Staffan de Mistura avait entamé, jeudi, sa visite dans la région depuis Rabat, étape durant laquelle la diplomatie marocaine a réitéré ses positions à savoir l’autonomie du territoire comme unique cadre de discussions et l’implication des quatre belligérants du conflit régional, soit le Maroc, l’Algérie, le Polisario et la Mauritanie.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct