En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.11.2016 à 14 H 17 • Mis à jour le 25.11.2016 à 14 H 17
Par
Terrorisme

Les détails de l’attentat déjoué en France (Procureur)

Ils devaient passer à l’acte le 1er décembre. Lors d’une conférence de presse qui se tenait aujourd’hui, le procureur de Paris, François Molins, a donné des détails sur l’opération qui a mené à l’arrestation le 20 novembre de cinq personnes à Marseille et à Strasbourg dont un Franco-Marocain et un Marocain. Tous étaient « téléguidés depuis la zone irako-syrienne  », indique le procureur. Après examen des téléphones et des ordinateurs, il a été possible de déterminer leur allégeance à Daech. Les enquêteurs ont retrouvé chez ces cinq hommes, des pistolets automatiques, un pistolet mitrailleur et de très nombreuses cartouches. Du côté des lieux ciblés, le procureur n’a pas donné d’informations mais a précisé que « la nuit précédant les interpellations, le téléchargement de l’application Periscope (permettant de se filmer en direct) sur deux téléphones est de nature à établir l’imminence d’un passage à l’acte  ». Leur profil ? Yacine B. était employé en qualité d’animateur dans une école et sans casier judiciaire, comme le relaie le JDD. Hicham M. était employé comme manutentionnaire et avait 6 condamnations à son actif. Sami B., de nationalité franco-tunisienne, travaillait dans une épicerie et est le père de trois enfants. Sur son casier judiciaire, sept condamnations. Zacchiara M., de nationalité franco-marocaine, n’avait aucun antécédent judiciaire. Et pour le dernier arrêté à Marseille, Hicham E., de nationalité marocaine, rien non plus sur son casier judiciaire en France. D’après les informations communiquées par le procureur, il avait quitté le Maroc pour le Portugal en 2013 et était sans domicile fixe dans l’Hexagone. D’après Molins, il n’y avait pas de « contact direct  » entre les quatre hommes de Strasbourg et celui arrêté à Marseille.

Par
Revenir au direct