S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.12.2023 à 10 H 05 • Mis à jour le 04.12.2023 à 10 H 05 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Formation

Les étudiants en médecine protestent contre le flou accompagnant le nouveau système

La pression monte au sein des facultés de médecine et de pharmacie et de médecine dentaire. Les étudiants de ces facultés ont annoncé une grève nationale de deux jours. Ainsi, ceux-ci boycotteront, les 7 et 8 décembre, les cours théoriques, pratiques, mais aussi les stages hospitaliers et les gardes, alors qu’un sit-in sera organisé jeudi devant le Parlement, a annoncé la Commission National des étudiants en médecine, en médecine dentaire et en Pharmacie au Maroc.


A l’origine de la « frustration » et du « mécontentement » de ces étudiants, les différentes problématiques liées aux changements apportés à la formation, dont notamment la réduction de la durée des études en médecine de 7 à 6 années, mais « dans un manque des mesures d’accompagnement ». En plus, ils dénoncent le retard « injustifié » dans la publication du cahier de charges pédagogiques concernant le troisième cycle, « les promesses des deux ministères de tutelle à cet égard n'ayant pas encore été́ traduites en réalité́, et les délais qui y sont fixes n'ayant pas été́ respectés ».


Tout cela, alertent-ils, a conduit à une « situation catastrophique vécue par les étudiants au sein les facultés publiques, qui impacte négativement la qualité́ de la formation médicale et la santé des citoyens ».  Ainsi, exprimant son rejet total de « la politique de procrastination » adoptée par les ministères de tutelle, ainsi que des décisions unilatérales qui foulent aux pieds les acquis des précédents accords, la Commission refuse l’application de la décision ministérielle visant à réduire la durée de formation, « en l'absence d'une vision claire, unifiée et consensuelle concernant le troisième cycle, ainsi que l'absence de solutions réalistes et concrètes aux différentes problématiques qui accompagneront la mise en œuvre de cette décision ».


La Commission appelle donc les deux ministères à faire preuve de « responsabilité » et de « sérieux » dans leur traitement des revendications de ces étudiants et d’éviter les décisions hâtives, qui « pourraient compromettre la qualité́ de la formation des futurs médecins et pharmaciens ». Pour dépasser la situation actuelle, un dossier revendicatif sera élaboré et voté lors des assemblées générales « décisives » prévues ce lundi, et sera soumis aux ministères.


Ce n’est pas la première fois que les étudiants en médecine et en pharmacie fassent part de leur frustration face au nouveau système de formation. La Commission avait annoncé une grève pour protester le flou qi accompagne la décision de réduire la période des études. Ensuite, en octobre les mêmes appels furent renouvelés avec une série de sit-in au niveau de différentes facultés au Maroc.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct