S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.04.2023 à 07 H 32 • Mis à jour le 12.04.2023 à 07 H 33 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Etudes

Les facultés de médecine d’Errachidia, Beni Mellal et Guelmim lancées dès la prochaine rentrée

Les études dans les facultés de médecine et de pharmacie d'Errachidia, Beni Mellal et Guelmim, débuteront à partir de la prochaine rentrée universitaire, a annoncé, mardi à Rabat, le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l'Innovation, Abdellatif Miraoui.


Dans une déclaration à la presse à l'issue d'une réunion présidée par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch et consacrée au suivi de la mise en place des chantiers de réforme du système de santé, M. Miraoui a assuré que la plupart des étudiants qui intégreront ces facultés devront entamer leur tâches, après l'obtention de leurs diplômes, dans les hôpitaux relevant de leurs territoires.


Le ministre a souligné que le gouvernement a déployé un grand effort en matière de ressources humaines, en mettant à disposition plus de 560 emplois (enseignant-chercheurs, médecins, techniciens et administrateurs), un nombre sans précédent dans le domaine de la santé.


Il a souligné que le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l'Innovation met tout en œuvre pour suivre le rythme des programmes liés à la réforme du système de santé, conformément à la volonté royale appelant à une réforme radicale du système national de santé.


Outre le chef du gouvernement et Miraoui, la réunion s'est déroulée en présence du ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khaled Ait Taleb, et du ministre délégué auprès du ministre de l'Économie et des Finances chargé du budget, Faouzi Lakjaa.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct